Eliran Cohen

Cherche un travail dans le domaine de la traduction français-hébreu et spécialement en rapport avec les nouveaux immigrants francophones.
Licence (B.A) en Culture française 2017.

 

Je m’appelle Eliran. Je suis titulaire d'une licence de culture de France.

J’aimerais dédier cette lettre en gage de gratitude au département de français.

Avant tout, je voudrais dire que l’idée de faire la licence dans le département de français a commencé par un encouragement de ma mère, une diplômée du lycée de “Blich” qui a fait son bac en français. De plus, elle a étudié à l’ambassade de France à Tel-Aviv

Je voudrais dans cette occasion faire la louange du personnel enseignant avec la directrice de la bibliothèque Dr. Karina Masasa pour son dévouement son amabilité et pour son travail, son effort et son disponibilité au cours de la licence:

Je noterai d’abord, la magnifique Dr. Isabelle Dotan qui m’accompagné non seulement dans mes premiers pas dans la langue française (dans les cours: “français débutant”) mais aussi au long de la licence entière. C’était Dr. Dotan qui m’a exposé à une vue splendide de la France et à l’histoire qui se trouve derrière les vues dans le cours de “Voyage virtuel” en France et également à la culture gastronomique riche de France dans le cours d’“Introduction à la gastronomie”.

C’est la place aussi pour noter la sublime Dr. Tovi Bibring qui en six cours de littérature et culture française m’a exposé la richesse culturelle et littéraire de la France à partir de Troubadours et la Fin’amor, les dynasties royales y compris les philosophes qui ont laissé leur marque même de nos jours tels que Descartes, Voltaire, Montesquieu et encore plusieurs autres.

Egalement, je me souviens de la visite que nous avons rendue au musée d’Israël dans le cadre du cours de “Les mouvement d’avant-garde” avec la merveilleuse Dr. Galia Yanoshevsky. C’était un cours dans le cadre duquel je me suis exposé aux riches courants qui existent dans l’art français et dans sa culture. Egalement, dans le cours de “Le nouveau roman”, j’ai eu la chance à connaître un nouveau coté qui est complètement différent de la littérature que j’avais connue jusque là.  

En arrivant à la troisième année, j’ai suivi une série de cours (avec la fantastique prof. Sylvia Adler) que j’ai voulu suivre depuis la première année: la trilogie de cours de “Grammaire”. Dans le début j’avais peur que je ne comprisse pas la matière apprise dans le cours puisque le cours est donné en français mais c’était la prof. Adler qui a atténué toute ombre d’inquiétude.

Je voudrais profiter de cette occasion aussi pour remercier l’adorable Dr. Karina Masasa, la directrice de la bibliothèque de français, qui m’a assisté pendant la licence et qui en absence de professeur d’expression a donné de son temps pour nous enseigner le cours d’“expression écrite”.

Merci supplémentaire mérite aux professeures extraordinaires d’“expression orale et écrites” Dr. Isabelle Dotan et Dr. Karina Masasa (lesquelles j’avais déjà mentionnées), Madame Alice Pasquier qui m’ont enrichi le vocabulaire et m’ont amélioré l’écriture stylistique et également à la professeure superbe Madame Jacinthe Nourrit qui m’a enseigné le cours d’expression orale et écrite et qui en plus était chargée de mon bourse d’étude à l’université de Cavilam.

Je voudrais remercier la magnifique secrétaire Shoshi qui m’a accueilli toujours aimablement même aux époques de stress et qui était disponible à mes questions par courrier et par téléphone.  

Il faut noter aussi que la licence en français m’a offert un monde de possibilités dans le monde du travail: Dans le cadre de mes études pour la licence il m’est accordé une bourse d’étude à l’université de Cavilam où j’ai séjourné et étudié pendant deux semaines. Cette bourse et ces études m’ont assisté ensuite à être admis à un cours qui exige connaissance en français comme une condition préalable et voire m’ont assisté dans le monde de travail.